Archive de l’étiquette macOS

Parle2malb

Faire reconditionner ou faire recycler son Mac ou son PC c’est faire un beau geste envers nos enfants.

Année après année tout ordinateur motorisé par Apple ou Microsoft perd de sa compétitivité. Les ressources nécessaires pour faire fonctionner chaque version du système d’exploitation sont toujours plus exigeantes quant aux moyens matériels et logiciels à mettre en œuvre. Non seulement vous devrez mettre à niveau le système, mais la conséquence veut qu’il faille aussi mettre à jour les applications de bureautique, graphiques ou multimédia voire même devoir renouveler son équipement informatique et/ou le modèle d’imprimante devenu(s) incompatible(s). Toujours devoir faire la course pour pouvoir rester à niveau! Cette course en avant a un coût qu’il vous est difficile de pouvoir assurer indéfiniment, vos priorités étant autres.

Patatras! Voilà que cette année, votre constructeur préféré vous annonce que votre ordinateur ne pourra plus supporter la dernière version de son super système et qu’il vous faudra obligatoirement en renouveler le modèle. Vous possédez un ordinateur dont l’achat remonte aux années 2008, 2009 ou 2010… et qui jusqu’à cette maudite annonce fonctionne encore sans broncher. Que faire ? Courir, ce n’est plus possible. S’arrêter, là c’est impossible…

Les solutions alternatives de reconditionnement ou de recyclage existent et ne sont pas celles préconisées par Apple ou Microsoft. En 2019, ces solutions pérennes et raisonnées sont à votre portée. Néanmoins, toute solution de reconditionnement ou de recyclage vous demandera de faire un effort substantiel pour vous former. Ainsi, peu à peu vous finirez par sortir du cercle infernal et dépendant que provoque cette course en avant. Les solutions sont là. Les ressources disponibles sont Libre et Open Source. Ces ressources sont logicielles. 

La solution de reconditionnement.

Votre ordinateur en l’état fonctionne parfaitement. Si c’est un portable la batterie donne au bout de quatre à cinq ans de fonctionnement certains signes évidents de fatigue ce qui est normal, mais le bloc d’alimentation électrique, qui fait office de chargeur, est en bon état et assure. Dans la plupart des cas la batterie pourra être remplacée. Les composants électromécaniques, eux, sont, aussi, en parfait état et le lecteur de CD/DVD accompli les tâches demandées de lecture sans broncher. 

– Si le disque dur est devenu trop étroit : il suffira de le remplacer par un modèle de capacité supérieure. Mieux il est possible, dans tous les cas de figure, de remplacer le disque dur classique à plateau par un disque de mémoire flash (SSD) beaucoup plus véloce, silencieux et qui résiste aux chocs, car n’étant plus équipé d’aucun élément mécanique. 

– Si l’ordinateur est devenu trop lent : il suffira de lui ajouter de la mémoire vive à condition que la capacité maximum tolérée ne soit pas encore atteinte.

Ce qui fera la différence ce sera tout l’équipement immatériel c’est-à-dire logiciel : le système d’exploitation plus les applications et les utilitaires. Le système c’est la partie logicielle qui motorise l’ordinateur. Les applications, ce sont les outils logiciels qui vous permettent de travailler. Les utilitaires, ce sont les outils logiciels qui permettent de protéger, d’entretenir, d’analyser, de réparer…

La solution de recyclage.

Selon l’ancienneté de l’ordinateur, Xubuntu ou Ubuntu Mate LTS sont les deux distributions GNU/Linux sélectionnées qui peuvent se substituer avantageusement au système macOS sur Mac et au système Windows sur un PC. Le système d’exploitation d’Ubuntu Mate LTS est maintenu gratuitement par son éditeur  pendant cinq ans. Avec ces systèmes d’exploitation modulaires, dont l’origine remonte aux années 90, vous pouvez naviguer sur l’Internet avec Firefox pour consulter les sites Web, échanger par courriels avec la messagerie Thunderbird tous deux édités par la Fondation Mozilla, écrire ou tabler avec Libre Office, visionner des films avec le lecteur VLC… Des milliers d’applications et d’utilitaires, pour toutes les formes d’activité humaine, sont disponibles gratuitement en ligne : un outil spécial permet de les télécharger depuis les dépôts Libre et Open Source puis de les installer très simplement.

Avec GNU/Linux vous entrez directement dans le monde du partage, de la collaboration, de l’échange et de la redistribution d’une grande variété de systèmes d’exploitation alternatifs ayant un accès libre et gratuit à une vaste logithèque. Si vous savez utiliser un smartphone ou une tablette vous pourrez aussi aisément utiliser l’une des deux distributions GNU/Linux proposée.  

Certes, l’interface graphique des distributions GNU/Linux et des applications libres et/ou Open Source n’est pas graphiquement aussi sophistiquée que celle développée par Apple voire maintenant celle produite par Microsoft, mais c’est là que réside le prix à ne pas devoir payer pour s’affranchir enfin de cette dépendance infernale qui écrase tout particulier – comme certains professionnels -, et qui devient, à longueur d’année, aussi insupportable qu’onéreuse.

Si vous décidez qu’il va vous falloir très rapidement claquer la porte, il vous faudra, avant de prendre cette décision, vérifier l’éligibilité technique de votre ordinateur et de tous ses périphériques. Créatifs, il vous faudra analyser les contraintes professionnelles qui vous obligent à utiliser obligatoirement certains logiciels devenus incontournables telle l’application PAO de conception graphique Adobe InDesign que ne pourra pas remplacer Scribus. Par contre, vous pourriez utiliser sans aucun problème, à la seule condition de devoir se former, l’application Gimp – le Photoshop Open Source – pour le travail en profondeur sur les photos et Inkscape – l’Illustrator Open Source – pour le dessin vectoriel. 

Les bonnes pratiques économiques à connaître. 

Tout utilisateur de Mac comme de PC peut utiliser le logiciel de traitement de texte Open Source LibreOffice, localisé en français, à la place de Microsoft Office. Suprématie sur l’application de l’éditeur aux formats d’enregistrement propriétaires, Libre Office permet “d’enregistrer sous” une quantité bien supérieure de format et même de pouvoir vous permettre d’ouvrir de très vieux formats de fichier de la fin des années 80 tel le standard de l’époque WordPerfect de Corel ou pour les utilisateurs de Mac les fichiers créés avec les applications abandonnées que sont ClarisWorks et AppleWorks.

Il est bon de savoir que tout fichier texte “enregistré sous .rtf” est compatible avec toutes les applications de traitement de texte disponibles même si ces applications sont quelque peu anciennes.

Quant à devoir se former ?

Aucune inquiétude, si ce n’est un investissement personnel poursuivi et opiniâtre. Sur le Net, vous pouvez trouver des tutoriels suffisamment bien conçus, proposés gratuitement – là encore cette notion sociale de partage et de redistribution -, consultable en ligne ou téléchargeable au format PDF. Et puis, que ce soit sur un Mac ou sur un PC vous utilisez bien Firefox, LibreOffice, VLC, etc. au quotidien. Ces trois applications, parmi tant d’autres, ont une interface graphique identique sur chacune des plateformes disponibles qu’elles soient Mac, PC ou GNU/Linux!

Nous pouvons vous conseiller et vous accompagner.

Si vous décidez de vous affranchir des systèmes conventionnels développés par Apple ou par Microsoft, nous nous ferons un devoir de vous accompagner pour que votre passage vers une certaine indépendance en informatique personnelle comme professionnelle* se fasse en douceur. 

*A condition de vérifier, en tant que fournisseur ou sous-traitant, les contraintes de compatibilité logicielle qui s’impose vis à vis de sa clientèle.

 

Parle2malb

De l’invalidité du système qui motorise un Mac.

Le système d’exploitation installé sur votre Mac et qui le motorise est probablement dépassé. Les applications qui sont les outils logiciels qui vous permettent de travailler le sont par conséquent tout autant.

Sachez que si le système d’exploitation est toujours sous : 

• Snow Leopard, Mac OS X 10.6.8, le Mac est resté à une version 9 fois antérieure à celle délivrée par Apple le 24 septembre 2018 soit macOS Mojave (10.14). 

•  Lion, Mac OS X 10.7.5, le Mac est resté à une version 8 fois antérieure à celle délivrée par Apple le 24 septembre 2018 soit macOS Mojave (10.14). 

• Mountain Lion OS X 10.8.5, le Mac est resté à une version 7 fois antérieure à celle délivrée par Apple le 24 septembre 2018 soit macOS Mojave (10.14).  

Cette invalidité concerne la totalité des composants logiciels et pourrait avoir des conséquences irréversibles sur la pérennité et la sécurité de vos données stockées sur le disque dur et c’est d’autant plus risqué si vous ne pratiquez aucune sauvegarde avec Time Machine par exemple.

Rester sous Mavericks (Mac OS X 10.9.5) peut faire l’objet d’un choix uniquement stratégique pour conserver la compatibilité avec certaines applications anciennes indispensables à l’activité ou faire en sorte que l’imprimante et/ou le scanner conservent leur usage afin d’éviter un achat inutile. Certes les navigateurs tels Firefox ou Google Chrome sont encore maintenus par leurs éditeurs respectifs, mais pour combien de temps encore ? De toute façon, c’est se placer ainsi, momentanément, entre le chantier des systèmes disparus et le capharnaüm commercial des systèmes pérennes!  

A ce jour, les seules versions supportées par Apple, corrections des bogues et mises à jour de ses applications propriétaires et de la sécurité de son système, se limitent à OS X Yosemite (10.10.5). Le système d’exploitation OS X El Capitan (10.11.6) est la version du système qui offre la meilleure alternative en termes de vélocité, de compatibilité et de consommation des ressources de l’ensemble système-applications-composants électroniques, le processeur graphique étant particulièrement déterminant tout comme la quantité de mémoire vive installée ainsi que la vitesse de rotation du disque dur.

Si le disque dur, composé d’éléments électromécaniques tournant depuis plusieurs années, entre 5400 et 7200 tours/minute selon les modèles, n’a fait l’objet d’aucune vérification depuis longtemps il encoure le risque de perte de données, voire même de subir un crash aux conséquences qui pourraient être catastrophiques. Les coûts des opérations de récupération de données réalisées par des sociétés spécialisées peuvent atteindre facilement la somme de 1500,00 euros environ.

De même plus la mise à niveau vers une version compatible avec les caractéristiques propres au Mac tend à être retardée plus cette mise à niveau conduit à une migration de plus en plus complexe des données, voire dans le cas de la base de données de la messagerie Mail à un taux d’erreur croissant pouvant conduire à une perte partielle et même totale des messages les plus anciens comme les plus récents.  

Plus le temps passe et plus les opérations de mise à niveau vont se complexifier. Si le disque dur est presque saturé le clonage pour sauvegarder l’existant sur un support externe va demander – selon la version du système installé et les capacités techniques du Mac – beaucoup de temps et ainsi rendre cet ordinateur indisponible entre 2 et 4 heures.

D’autre part si le système d’exploitation est ancien, il faudra réaliser la mise à niveau vers OS X Yosemite (10.10.5), OS X El Capitan (10.11.6) ou macOS Sierra (10.12.6) – l’une de ces trois versions, encore maintenu par Apple, se fera en fonction de la compatibilité des applications de travail qui devront être conservées – par palier en passant successivement par certaines versions majeures intermédiaires. Automatiquement, le coût forfaitaire de la ou des prestations successives s’en trouvera fortement augmenté. 

Pour information, faisant suite à la présentation faite lors de la WWDC – la conférence annuelle des développeurs – par Apple le lundi 3 juin 2019, voici la liste des Mac qui seront compatibles avec Catalina tout comme ils le sont actuellement avec Mojave :

• MacBook : 2015 ou plus récent,

• MacBook Air : 2012 ou plus récent,

• MacBook Pro : 2012 ou plus récent,

• Mac mini : 2012 ou plus récent,

• iMac : 2012 ou plus récent,

• iMac Pro : 2017 ou plus récent,

• Mac Pro : 2013 ou plus récent.

Si vous deviez changer votre Mac avec une machine de bonne facture, un appareil fabriqué en 2012 et réévalué (augmentation de la mémoire vive jusqu’à la capacité maximum autorisée et/ou installation d’un stockage SSD) serait une excellente opportunité. Avant toute acquisition, pensez à vérifier la compatibilité des applications utilisées et des périphériques connectés sur l’ancien Mac afin d’éviter toute mauvaise surprise. 

Lors de votre recherche, privilégiez tout modèle de Mac équipé au minimum d’un processeur Core i5. Sachez que les Mac revendus sur le marché d’occasion conservent une côte appréciable, mais attention aux escroqueries en ligne et aux revendeurs peu fiables qui affichent leurs propositions commerciales trop attrayantes sur l’Internet!

Possibilité remarquable, tous les Mac de cette année de commercialisation peuvent supporter tous les systèmes développés par Apple depuis Mountain Lion (OS X 10.8.5) jusqu’au prochain, annoncé le 3 juin, Catalina (macOS 10.15) dont la disponibilité est prévue à la fin de l’été 2019.

Concernant les portables MacBook Pro 13” et 15” fabriqués cette même année 2012 : il est encore possible de changer les barrettes de mémoire vive tout comme le disque dur interne de stockage vieillissant. Sur ces appareils ces deux composants du hardware ne sont pas encore soudés sur la carte logique (carte mère) donc amovibles à souhait pour toute amélioration significative des performances.

Texte diffusé par courriel le 4 juin 2019.



Parle2malb

De bogue et de faille…

Il est bon de se rappeler qu’aucun outil numérique, qu’aucun système informatique, qu’aucun logiciel, qu’aucun programme, qu’aucune application n’est à l’abri d’un bogue (bug) ou d’une faille de sécurité! 

Deux exemples récents nous le prouvent. 

– Tel le bogue dans le programme du système de sécurité qui n’a pas détecté au bon endroit le court-circuit électrique causant le départ du feu qui a embrasé la toiture de Notre-Dame de Paris. 

– Telle la faille de sécurité qui permettait d’accéder facilement à “Tchap”, la messagerie d’état sécurisée. 

Ainsi tout ce qui est numérique peut être touché à tout moment que ce soit le très gros ordinateur, l’application mobile la plus sollicitée et même l’objet connecté le plus insignifiant.

Une petite erreur de syntaxe parmi la centaine de lignes de code d’un programme simple peut conduire à la catastrophe. C’est un peu comme si la lecture d’un texte, à cause de plusieurs règles  grammaticales non respectées, devenait incompréhensible.

Que l’on soit un professionnel ou un particulier, il existe des solutions simples pour se préserver des bogues comme des failles de sécurité sur son ordinateur.

1. Il faut toujours veiller à faire les mises à jour du système d’exploitation comme des applications et des utilitaires pour corriger les bogues et les failles de sécurité qui fragilisent les programmes quand l’industriel ou l’éditeur les proposent.

2. Il ne faut pas négliger une maintenance annuelle, au minimum, qui permettra de faire le point autant sur le logiciel (compatibilité/vétusté) que sur le matériel (vérification de l’état des composants).

3. Pour se garantir de l’obsolescence soit du système d’exploitation et des applications soit du matériel, plusieurs solutions sont envisageables : de la simple mise à niveau des logiciels et/ou de l’équipement au reconditionnement généralisé voire au recyclage vers une distribution GNU/Linux.

Texte diffusé par courriel le 2 mai 2019.

Parle2malb

A la sainte sinécure, tu seras…

Je me permets de relayer cette très intéressante analyse, publiée dans ZDNet News du 28/05/2018, quant au futur de Microsoft : http://www.zdnet.fr/actualites/en-2018-windows-est-mort-a-la-maison-et-nul-ne-s-en-soucie-39868742.htm

Par similitude, permettons-nous alors, oh transgression innommable, de transposer les termes de cette analyse sur le futur d’Apple…

Effectivement, mes deux filles utilisent chacune presque exclusivement leur iPhone. Les deux Mac semblent partiellement remisés. Ils ne sont utilisés que pour répondre à une nécessité strictement professionnelle, fonction et confort que le iPhone ne leur permet pas.

Au regard de cette analyse ne faudrait-il pas qu’Apple revoie quelque peu sa stratégie à l’intention de sa clientèle professionnelle en livrant enfin des Mac qui soient de niveau, livrés avec moins de bridage de son système macOS, moins de collages définitifs comme de soudures irréversibles ?

Pour exemple, “ça plante dur” chez mes clients architectes avec certaines applications professionnelles sous macOS High Sierra sur des MacBook Pro 13″ fabriqués en 2017!!! Il faut alors repasser sous macOS Sierra à condition que le firmware vous l’y autorise et là encore certaines applications refusent de s’installer proprement sauf en pratiquant quelques bidouillages pas très recommandables. Ces mêmes applications fonctionnent bien sous OS X El Capitan, mais ce modèle de Mac portable interdit toute installation de cette version du système d’exploitation.

Mais, hélas, à mon modeste niveau, c’est comme si je soufflais dans un tromblon… Alors, seule l’occasion, dans ce cas, peut offrir une alternative et un bon compromis pour quelque temps encore…